Vous êtes ici : Accueil > Toutes les actualités

Actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

Le mois de mai décide de la qualité !

Semaine 19 - Après l’été, retour de l’hiver... Cette semaine a été marquée par des températures modérées, un vent froid et même des gelées matinales dans certains secteurs. La croissance de l’herbe a chuté à 60 kg de MS/ha/jour en moyenne. La chaleur commence à se faire attendre et heureusement un redoux est annoncé pour cette semaine.

 

On attend donc une augmentation importante de la croissance de l’herbe pour la semaine prochaine.

 

Points d'action et de vigilance

Surveiller les épiaisons, récolter de la qualité

De nombreuses espèces de prairies naturelles épient : les vulpins, les flouves odorantes, mais aussi les plantains lancéolés, les rumex. Surveillez bien vos parcelles les plus précoces et les mieux exposées pour les chantiers d’ensilage d’herbe. Un stade de végétation trop avancé augmente la dureté des tiges et diminue l’appétence du fourrage. Ce qui peut provoquer l’apparition de refus et un gaspillage important nécessitant un broyage.

Astuce : fauchez les refus et laisser les à terre dans la parcelle. Les vaches les mangeront plus volontiers que sur pied et ne pourront pas trier.

Gérer les vivaces pour ne pas se faire envahir

Les adventices les plus gênantes sont bien connues : Chardons, Rumex, Orties, Renoncules… Le seuil au-dessus duquel ces plantes sont nuisibles est de 2 plantes/m². Le rumex ne doit pas lui dépasser 1 plante pour 5m². Il doit être fauché avant floraison pour éviter la multiplication par les graines mais ne pas être coupé trop tôt pour éviter la multiplication par le collet. Dans les parcelles suivies, la floraison a débuté pour les rumex. Il faut donc agir au plus vite pour les faucher. Les traitements chimiques sont le plus efficace à l’automne et peuvent avoir un effet dépressif sur la croissance des graminées. Attention à la non sélectivité sur trèfle de certains produits.

Etre réactif sur la ration et ne pas gaspiller

Les conditions de cette fin avril ont obligé un certain nombre d’éleveurs à rentrer les animaux durant quelques jours. Lorsque les quantités distribuées à l’auge ont été adaptées aucune baisse de lait n’a été observée. Une vache selon son niveau de production ingère entre 16 et 17 kg de MS de fourrage. Pour les changements brutaux de rations, le bicarbonate de sodium (200g/VL/jour) viendra sécuriser le pH. C’est le moment ou jamais d’économiser des fourrages conservés et de l’aliment. Alors diminuez la part de fourrages distribués et réduisez votre coût de production. La croissance de l’herbe va exploser la semaine prochaine, ne vous laissez pas déborder. Divisez vos parcelles ou utilisez un fil avant pour éviter le gaspillage. Le surplus sera débrayé pour la fauche.

 

SystèmesNb expl.Coût alimentaireCoût de concentré (en e/1 000 l)Coût fourrages (en e/1 000 l)Fourrages distribués (kg MS / Vache / jour)Jours d'avance avec fourrages compl.Jours d'avance sans fourrages compl
Lait > 15 ares745222332614
Lait > 30 ares1542212052413
Lait > 45 ares426121312321
Viande40--

 

 

Témoignage

M Vandermeersch - EARL du petit Orcher - Etainhus (76)

Troupeau mixte Montbéliardes Normandes à 8 500 kg/an. Après avoir mis 14 T/ha de fumier durant l’hiver, les prairies les plus récemment ensemencées reçoivent 50 unités d’azote en milieu de printemps, les autres ont un deuxième apport fin juin début juillet ce qui permet de faire des économies d’intrants et lorsque le silo de maïs est fermé (en général 3 mois), le cout de production devient très faible. La parcelle de 4 ha qui a été ensemencée en septembre dernier va être fauchée 2 fois (1ère coupe la semaine dernière) avant qu’ elle soit divisée en 4 lots pour le pâturage des vaches. Le mauvais temps de cette semaine (60 mm de pluie lundi) ne nous a pas permis de laisser les vaches coucher dehors.

 

Stéphanie CASSIGNEUL, Chambre d'agriculture du Calvados